E. Joly | M. Le Pen | N. Sarkozy | J.L. M?lenchon | P. Poutou | N. Arthaud | J. Cheminade | Fran?ois Bayrou | N. Dupont-Aignan | F. Hollande |

Candidats > Dominique Strauss-Kahn > Biographie de DSK

Dominique Strauss-Kahn, sa biographie

30 Août 2010

Dominique Strauss-Kahn (très souvent nommé DSK), né le 25 avril 1949, est un homme politique français. Député socialiste, ministre de l'Industrie et du Commerce extérieur, il est battu par Ségolène Royalaux primaires socialistes de 2006. Il devient directeur général du Fonds monétaire international (FMI) le 1er novembre 2007.

DSK, président du FMINé en France de Gilbert Strauss-Kahn, conseiller juridique et fiscal et de Jacqueline Fellus, Dominique est issu d'une famille juive qui s'installe au Maroc en 1955. Le tremblement de terre d'Agadir de 1960 décide sa famille à revenir en France.

Brillant étudiant, il suit un parcours sans faute :  École des hautes études commerciales de Paris, institut d'études politiques de Paris, Institut de statistique de l'université Paris-VI,  doctorat ès sciences économiques à l'université Paris X.

Recalé au concours d'entrée de l'ENA, il obtient son agrégation en sciences économiques en 1977 et devient professeur des universités. A partir de cette date, il enseignera successivement à l'Université, à l'IEP de Paris, àl'ENA, à HEC et à l'université Stanford aux États-Unis.

Son parcours politique débute réellement en 1981 où il se rapproche de Lionel Jospin, premier secrétaire du PS. En 1986, il devient député de Haute-Savoie. Il sera réélu en 1988, dans le Val-d'Oise. A partir de cette date, il devient un cadre du PS, occupant différentes fonctions importantes du parti.

En 1991, sous la présidence de François Mitterrand, il est nommé ministre délégué à l'Industrie et au Commerce extérieur jusqu'aux élections législatives de 1993. Cette date marquera la fin de son mandat de député suite à sa défaite dans la circonscription de Sarcelles et Garges-les-Gonesse.

A cette époque, DSK se rapproche du milieu industriel et économique français. Il crée le cabinet DSK Consultants et  fait partie du « Cercle de l’Industrie » où les dirigeants des plus prestigieuses entreprises françaises ont leurs entrées.

En 1995, il est élu maire de Sarcelles. Il commence également à développer activement le programme économique du PS en réfléchissant notamment aux 35 heures sans perte de salaire.

En 1997, il devient  ministre de l'Économie, des Finances et de l'Industrie sous le gouvernement Jospin. Cette nomination et la bonne tenue de l'économie française de cette époque (baisse du chômage, retour de la croissance...) lui permettent de compter désormais parmi les « éléphants » du Parti Socialiste.
En 1998, il remporte comme tête de liste les élections régionales en Ile de France mais cède sa place  de président du Conseil Régional à Jean-Paul Huchon afin de conserver son poste ministériel.

En 1999, il est mis en cause dans différentes affaires politiques où il aurait joué un rôle de consultant. N'excerçant aucune responsabilité durant la période vidée (entre 1993 et 1995 pour les affaires de la Générale des Eaux, de la MNEF ou Elf), il bénéficiera d'un non-lien en 2001.
Cependant, afin de ne pas pénaliser le gouvernement dont il fait partie, il décide de démissionner en novembre 1999. Il se représente alors lors d'une élection législative partielle, et est réélu dans la circonscription du Val-d'Oise.

En 2002, il est réélu député dans la 8e circonscription du Val-d'Oise. Il occupe à cette même période plusieurs hautes fonctionnalités au sein du parti socialiste (secrétaire national, membre de la direction, ...). Il co-préside également avec Jean-Christophe Cambadélis le courant « Socialisme et démocratie » à l'intérieur du Parti socialiste.
En 2006, il se porte candidat aux primaires organisées par le Parti socialiste afin de désigner le candidat pour l'élection présidentielle de 2007. Il terminera deuxième avec 20,83 % des voix, contre 60,60 % pour Ségolène Royal.

En 2007, il est réélu député lors des élections législatives, toujours dans sa circonscription du Val d'Oise.

En septembre 2007, Dominique Strauss-Kahn est nommé directeur général du FMI. Ce poste à très haute responsabilité internationale lui donne une réelle envergure et l'amène à démissionner de son poste de député. Depuis l'été 2009, il est régulièrement cité comme «  personnalité politique préférée des Français » et « meilleur candidat de gauche » pour la présidentielle de 2012.
Plusieurs personnes de son entourage proche parlent de sa probable candidature à cette élection...

 

Partager cet article

Partager cette annonce sur Facebook Partager cette annonce sur Twitter S'abonner au flux RSS

Commentaires

COCO

30.05.2011 | 08h07

C'est foutu pour lui (lol)

minnie

17.01.2012 | 19h42

heureusement que les francais ont découvert son vrai visage!!! pouvez vous imaginer un président obsédé sexuel? quelle classe, quelle moralité!
ce type est plus que nul

Réagissez à cet article

Votre pseudo
Votre email
Votre site (facultatif)
Votre commentaire
Cinq + cinq = ? (en lettres)
 
 

VIDEO EXCLUSIVE - PAS VUE A LA TV !

Le soir du 1er tour, vivez une séance de poignée de main et de bises plutôt animée !

DERNIERS COMMENTAIRES

Inscription Newsletter